Comment augmenter ses revenus de Médecin

Quand on est médecin libéral, que l'ont soit généraliste ou spécialiste, il arrive toujours un moment où l'on se demande comment augmenter ses revenus. Nous avons posé la question autour de nous pour savoir comment les médecins faisaient dans le temps pour s'assurer des revenus stables ou à la hausse, tout en limitant l'effet des charges qui elles ne cessent de grimper.


La plupart du temps, les revenus des médecins libéraux dépendent des facteurs suivants :

  • le nombre d’actes et / ou de patients ;
  • la composition des actes et leur répartition entre actes techniques et actes cliniques (levier plus ou moins actionnable selon les spécialités) ;
  • le tarif des actes et les majorations forfaitaires (conventionnés secteur 2 ou 3) ;
  • une éventuelle activité complémentaire : salariat, expertises, régulation médicale, etc.

 

Augmenter le nombre d'actes médicaux

Que ce soit par la réduction du temps moyen de consultation par patient ou par l'extension des horaires de consultation, c'est l'option choisie par la plupart des médecins libéraux qui sont installés depuis quelques temps dans leur cabinet médical, et qui ont une patientèle déjà bien établie. C'est l'avantage du mode d'exercice libéral : vous travaillez plus donc vous gagnez plus.
Mais cette option a ses limites. En effet, d'une part le temps de consultation n'est pas si compressible que cela si on veut garder une bonne qualité de soins, et d'autre part les semaines aux horaires trop chargées sont difficiles à tenir sur le très long terme. 

 

Découvrez la Solution de Téléconsultation Hellocare

 

Avoir recours au dépassement d'honoraires

Choisir la convention de secteur 2 ?

Les dépassements d'honoraires pèsent en moyenne 3.825€ par mois pour un spécialistes et 1.400€ par mois pour les généralistes, soit environ 11,9% de la rémunération brute de ces derniers. Attention, pour un jeune médecin il convient d'être vigilant sur le choix de la convention, qui est irrévocable après la première installation. Ainsi un médecin ayant opté pour la convention de secteur 1 ne pourra aller vers le secteur 2 (en revanche il lui est possible de passer du secteur 2 au secteur 1).

Un médecin conventionné secteur 1  bénéficiera d'une prise en charge partielle par l'Assurance Maladie de ses cotisations sociales et retraite. Un médecin conventionné secteur 2 pourra faire évoluer ses tarifs plus librement, car c'est lui qui détermine ses honoraires (avec tact et mesure).

 

Proposer plusieurs types de consultations

Nombreux sont les généralistes qui profitent d'un DU (esthétique, nutrition, homéopathie, sexologie, sport, etc.) pour facturer des actes majorés. Cette solution présente un double intérêt. D'une part ce sont des consultations qui changent de votre pratique quotidienne et réalisées probablement sur un thème qui vous intéresse plus particulièrement, d'autre part ce sont des actes qui vous permettent d'augmenter votre rémunération horaire.

 

Développer une activité complémentaire

En complément de leur activité libérale principale certains médecins choisissent de libérer du temps pour proposer leur expertise professionnelle dans un autre cadre que celui du cabinet médical. Nombre d'options s'offrent à eux, surtout pour ceux installés en ville (statistiquement les médecins installés en zone urbaine ont une plus grande diversité de revenus).

Certains choisissent d'effectuer des vacations à l'hôpital, d'être référents dans une structure de santé ou encore d'être salariés à temps partiel. Certains professionnels effectuent des vacations au SAMU et participent ainsi à la régulation médicale. D'autres encore gardent une approche libérale et travaillent en collaboration avec la justice ou des assureurs pour réaliser des expertises médicales. Enfin, moins nombreux mais quand même représentés, des médecins répondent à l'appel des médias traditionnels ou en ligne pour participer à l'information des professionnels ou du public, à l'instar de Michel Cymes, Gérald Kierzek, Patrick Pelloux...

 

Investir & entreprendre

Certains professionnels de santé font également le choix de diversifier leurs activités. La tendance est aux médecins entrepreneurs : alors que le secteur des nouvelles technologies médicales est en plein boom, de plus en plus de médecins jeunes ou moins jeunes font le choix de créer ou de rejoindre une startup en santé. D'autres sont plus pragmatiques dans leur approche et investissent dans des projets immobiliers (ex. maisons de santé, EPHAD, SCI/SCM liées à leur activité professionnelle).

 

Proposer la télémédecine pour augmenter ses revenus 

Plus récemment, quelques médecins précurseurs profitent de l'opportunité ouverte par la prise en charge des actes de télémédecine pour améliorer leurs revenus tout en restant concentrés sur leur métier. Ils perçoivent désormais une rémunération pour des actes qui n'étaient pas valorisés jusque là et basculent les appels téléphoniques qui amèneraient à une consultation distante vers la téléconsultation.

Ainsi les 62% de médecins qui déclarent répondre à des demandes d'avis médical ou de prescriptions à distance (mail, téléphone...) pour un temps moyen quotidien de 23 minutes pourraient bénéficier des nombreux avantages de la téléconsultation :

  • être rémunérés pour l'engagement de sa responsabilité médicale à distance;
  • être sur un temps de consultation mieux optimisé pour le suivi ou les conseils médicaux;
  • améliorer l'accès aux soins pour les patients qui ne peuvent pas se déplacer;
  • réduire les visites à domicile, pas toujours justifiées et très chronophages au regard de leur valorisation financière.

 

Nouveau call-to-action

Posté par Mathilde le Rouzic le 21 déc. 2018

Sujets abordés: Tribunes de medecins, Votre pratique medicale

 

Intéressé par la télémédecine ?

Mise en place de la télémédecine, coûts, exemples d'usage, conseils pour démarrer ... nos experts répondent à toutes vos questions. N'hésitez plus !

CONTACTEZ MOI !

S'inscrire à la newsletter :