L'examen clinique en téléconsultation

Posté par Dr Jean-Pierre R. le 28 janv. 2019 10:00:00
Dr Jean-Pierre R.

La pratique de la téléconsultation médicale est différente de celle au cabinet mais elle n'est pas aussi limitée qu'on ne pourrait le penser de prime abord. Contrairement aux idées reçues, un examen clinique est possible en téléconsultation même s'il est plus limité qu'en consultation présentielle au cabinet. L’œil de la caméra du smartphone, de la tablette ou de l'ordinateur portable est un premier outil à disposition du médecin pour l'inspection clinique mais il en existe d'autres... Voici quelques conseils pratiques pour mener à bien un examen en téléconsultation :

examen clinique en téléconsultation

Une caméra pour inspecter

L’œil de la caméra du smartphone, de la tablette ou de ordinateur portable peut inspecter de nombreuses surfaces du corps du patient :

  • La peau à la recherche de lésions cutanées sur l'ensemble du corps, plaies, éruption, pustules, papules, érythème...
  • La gorge, éclairée par une lampe directement du smartphone ou indirectement. Les images ainsi recueillies sont souvent de bonne qualité quand le réseau et le smartphone sont performants.
  • Le nez avec là aussi un éclairage qui va montrer un écoulement nasal, l'état de la muqueuse nasale et éventuellement un épistaxis.
  • Les oreilles sont peu accessibles à l'inspection en dehors du pavillon et du conduit auditif externe. Le diagnostic d'otite est difficile à poser même si parfois un écoulement purulent et le tableau clinique le suggèrent.
  • Les yeux et leurs conjonctives à la recherche d'une congestion ou d'une surinfection...
  • Les organes génitaux externes à la recherche de lésions sur les muqueuses, au niveau de la peau périphérique, ou d'écoulements.
  • Les pieds importants à inspecter dans le cadre d'une maladie diabétique et, d'une manière plus générale, les phanères avec ongles des mains et des pieds qui peuvent apporter de précieux indices.

À noter aussi que l’œil de la caméra peut zoomer et ainsi améliorer la précision de l'inspection

 

Une main pour palper

Si la main du médecin n'est pas disponible pour la palpation par téléconsultation, celle du patient ou de son entourage peut être un substitut, certes moins expérimenté mais néanmoins utile. C'est aussi l'occasion d'un transfert de compétence que les patients apprécient. Cette palpation peut concerner les aires ganglionnaires, la paroi abdominale, les seins, les testicules, des nodules ou grosseurs sous cutanées à la recherche de douleurs, de masses, d'irradiations...

C'est au médecin de guider par la parole la manière de palper et de rechercher des symptômes utiles pour le diagnostic. Même si cette palpation n'est pas fiable comme peut l'être celle de la main expérimentée du médecin, elle contribue par ses résultats à confirmer ou non une hypothèse diagnostic. 

 

Des outils pour d'autres investigations

Les patients sont aussi souvent détenteurs d'outils diagnostic comme un thermomètre, un pèse personne, un tensiomètre... qui vont contribuer à compléter l'examen clinique en téléconsultation. Ces outils sont aussi des outils de surveillance sur l'évolution d'une maladie, en particulier pour les chiffres de la température corporelle ou ceux de la tension artérielle.

Il est également pertinent de proposer aux patients de se procurer des objets connectés médicaux pour surveiller leur symptômes ou pour des consultations ultérieures.

Dans tous les cas, comme en consultation au cabinet, les résultats observés par l'examen clinique en téléconsultation devront être rapporté à l'anamnèse et au contexte de la maladie explorée pour la conduite thérapeutique à mettre en oeuvre.

Sujets abordés dans l'article : Teleconsultation, Guides pratiques professions de sante, La téléconsultation en pratique

Découvrez La Solution de Télémédecine Hellocare

Intéressé par la télémédecine ?

Mise en place de la télémédecine, coûts, exemples d'usage, conseils pour démarrer ... nos experts répondent à toutes vos questions. N'hésitez plus !

CONTACTEZ MOI !

S'inscrire à la newsletter :

Nouveau call-to-action