Télémédecine : un intérêt économique avéré

Diabète, hypertension, cancer de la prostate : une étude réalisée par IQVIA (ex-IMS Health) et l'Université de Lyon - commandée par l'association des laboratoires japonais présents en France et soutenue par l'organisation professionnelle des entreprises du médicament - LEEM - démontre que la télémédecine présente un réel intérêt en termes de réduction des dépenses de santé. Voici comment.

 

356 M€ d'économies par an en France

En effet, elle permettrait 356 millions d'euros d'économie par an en France. Réduction des trajets, optimisation des traitements, suppression des visites inutiles, la télémédecine offre de nombreux avantages médico-économiques, qui sont désormais prouvés par cette étude menée sur trois maladies chroniques. Le suivi de ces pathologies, pourrait être beaucoup moins coûteux si on intégrait au parcours de soin des patients suivi des actes de téléconsultation et un suivi par des outils de télémédecine. Outre le confort que les outils numériques peuvent apporter aux malades, notamment par la réduction de leurs déplacements, cette étude réalisée au plan national démontre enfin à grande échelle qu'il est possible de réduire drastiquement les frais de santé. 

 

Hypertension artérielle : 197 € économisés par an et par patient

 

Parmi les trois pathologies étudiées, le contrôle à distance de la pression artérielle est la pratique qui présente l'intérêt économique le plus important. Pratiqué par 1,63 million de personnes souffrant d'hypertension depuis au moins six mois,  ce suivi distant permet une réduction des dépenses à hauteur de 197 euros par personne et par an. À l'échelle nationale, cela pourrait représenter une économie de 322 millions d'euros par an, soit 14 % de la dépense réalisée actuellement en France. La télémédecine permet ici des économies portant sur  les médicaments (55M€), les consultations médicales (156M€) et les consultations paramédicales (112M€).

 

Vers l'étude d'impact sur d'autres pathologies ? 

L'étude a été réalisée à partir des données mises à disposition par l'Assurance-maladie, la méthodologie adoptée pourrait également être étendue à d'autres pathologies pour mesurer les bénéfices des solutions de suivi distant. De fait, de nombreuses Affections Longue Durée impliquent des consultations fréquentes, dont certaines pourraient être réalisées en téléconsultation (ex. lecture de résultats d'examens et ajustement d'un traitement, consultation de suivi de la douleur, consultations de suivi psychologique...).

 

Des solutions peu coûteuses et faciles à intégrer

Autre point d'intérêt notable, les actes de télémédecine qui ont été visés par l'étude, sont des actes accessibles à tous patients et professionnels de santé et s'intègrent facilement au parcours de soin et dans les pratiques médicales actuelles. Le remboursement des téléconsultations depuis le 15 septembre 2018, la prise en charge de la télé-expertise qui sera effective en janvier 2019 ont favorisé l'émergence de solutions techniques de téléconsultation très accessibles financièrement et pensées pour être simples d'utilisation. 

Posté par Mathilde le Rouzic le 14 déc. 2018

Sujets abordés: Telemedecine, Teleconsultation

 

Intéressé par la télémédecine ?

Mise en place de la télémédecine, coûts, exemples d'usage, conseils pour démarrer ... nos experts répondent à toutes vos questions. N'hésitez plus !

CONTACTEZ MOI !

S'inscrire à la newsletter :