Quel usage de la data santé ?

La pandémie a réécrit les règles d'accès et d'utilisation des données de santé. L’utilisation de la data santé et des données covid a été cruciale afin de contenir le SRAS-CoV-2. Les données santé ont été utilisées, entre autres, afin d’identifier les patients les plus vulnérables, dépister les maladies et surveiller les déplacements. Le dossier publié par le Laboratoire d’innovation numérique de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) dresse un bilan de l’usage des données.

Comment la data santé est-elle utilisée ?

En pleine pandémie, la data santé est un allié important pour la compréhension de la propagation du virus et la prise de décision. Le dossier publié par le Laboratoire d’innovation numérique met en évidence 3 types de données utilisées dans le cadre de la surveillance sanitaire. Celles-ci concernent le dépistage du virus, la recherche des voies de propagation et de contagion ainsi que la surveillance du confinement. SI-DEP et Contact-COVID, deux outils numériques développés pendant la crise, permettent la collecte de ces données. Les personnes soumises au secret médical, à savoir les médecins, pharmaciens, biologistes, les professionnels habilités par la CNAM ainsi que Santé publique France et les ARS peuvent y avoir accès. 

 

En outre, les données covid sont utiles aux scientifiques afin de faire avancer la recherche et de mieux appréhender le virus. En effet, les chercheurs de différents pays peuvent diffuser leurs données, comparer, échanger et analyser. Ainsi, et avec la connaissance du nombre de cas par région, du nombre de malades ou de lits, la prise de décision se révèle être plus efficace. Enfin, la data santé sert de manière très concrète au quotidien, notamment pendant le confinement. En plus de surveiller les déplacements, des initiatives ont été lancées afin de répondre aux besoins des individus et des communautés.

Les données Covid pour le dépistage

Un dépistage efficace du SRAS-CoV-2 permet un diagnostic et une prise en charge rapide du COVID-19, atténuant ainsi le fardeau des systèmes de santé. Cette même data santé peut permettre aux systèmes de santé d’augmenter leur résilience face aux futures crises sanitaires. En outre, des algorithmes de prédiction (Machine Learning) ont vu le jour dès le début de la pandémie. Ces derniers visent, entre autres, à aider le personnel médical à catégoriser les patients, en particulier dans le contexte de ressources de santé limitées. En plus d’utiliser l’Intelligence Artificielle, le déploiement de certains outils, comme les caméras thermiques et les techniques associées à la reconnaissance faciale a été nécessaire pour repérer les personnes malades. Cependant, il reste essentiel de mieux encadrer ces méthodes afin d’utiliser les données de santé éthiquement.

La data santé pour surveiller la propagation du virus

Alors que le COVID-19 a commencé à se propager, les scientifiques ont dû suivre la maladie et essayer de ralentir sa propagation. Le COVID-19 est ainsi devenu une maladie à déclaration obligatoire au niveau national. Les systèmes de surveillance nationale collectent et envoient les données Covid à Santé publique France et aux ARS. Cela permet ainsi de surveiller les tendances des cas dans les régions et à travers le pays. En outre, des solutions numériques basées sur des données de géolocalisation, particulièrement sur téléphone mobile, voient le jour afin de surveiller et évaluer les facteurs de la propagation du virus et pour soutenir les efforts de recherche des contacts. Les individus, les industriels du marketing, les opérateurs téléphoniques et les entreprises numériques peuvent tous effectuer la collecte de cette data santé. Dès la sortie du confinement, les autorités publiques mettent en place des solutions de contact tracing. Celles-ci sont particulièrement utiles afin d’identifier les cas contact, les inviter au dépistage et à l’isolement en cas de contamination.

Découvrez la solution de Télé-médecine Hellocare

Le respect du confinement

Enfin, la data santé permet de maintenir le respect des mesures de confinement. Pour ce faire, les autorités ont deux types d’approches. La première démarche est la production de documents nominatifs à l’instar des attestations de déplacement dérogatoire. La seconde consiste à surveiller le confinement avec des applications téléchargeables sur téléphone rappelant les règles à respecter, mais pas que. Certains pays ont mis en place des applications dédiées aux personnes sujettes à une quarantaine. Ces dernières peuvent recevoir une notification leur demandant d’envoyer un selfie afin de prouver qu’elles respectent bien la période d’isolation. 

 

Nouveau call-to-action

Posté par Ivan Minnella le 12 oct. 2021

Sujets abordés: Telemedecine, Teleconsultation, E-sante, données de santé, covid

 

Intéressé par la télémédecine ?

Mise en place de la télémédecine, coûts, exemples d'usage, conseils pour démarrer ... nos experts répondent à toutes vos questions. N'hésitez plus !

CONTACTEZ MOI !

S'inscrire à la newsletter :