Tour de France de la e-santé : accélérer la transformation numérique !

Il y a quelques jours, nous vous présentions le plan Ma Santé 2022 et ses ambitions en matière de numérique. Dans la lignée de l'annonce de ce plan, un tour des régions françaises a été organisé par le Ministère de la Santé, organisé de septembre 2019 à février 2020. Nous sommes allés à l'étape Marseillaise, voici ce que nous en avons pensé.

Une "caravane" e-santé, bien portée par Dominique Pon et Laura Létourneau

Les pilotes du chantier numérique de la stratégie "Ma santé 2022" Dominique Pon et Laura Létourneau* se rendent dans les 17 régions, pour y présenter la politique nationale du numérique en santé mais aussi pour ouvrir le dialogue autour de sa mise en oeuvre concrète. 

Pour l'étape régionale où nous nous sommes rendus, seul Dominique Pon était présent mais il a bien relevé le défi et son dynamisme est vraiment rassurant pour des acteurs comme nous. Nous avons aussi noté que de nombreux acteurs de la santé de la région étaient présents, même si nous avons trouvé un peu dommage d'entendre essentiellement des représentants de l'hôpital ou des institutions santé.

Lors des trois tables rondes de cette matinée, le plus "startupeur" des participants était Dominique Pon. Il y a encore un petit effort à faire pour mieux inclure les industriels qui développent les solutions innovantes mais dans l'ensemble nous étions vraiment contents de constater qu'il y a une véritable volonté de sortir la France de son endormissement numérique en santé et de rattraper le retard "à marche forcée" comme l'a martelé Dominique Pon.

 

5 orientations volet numérique

 

Informer et rassembler : une démarche qui nous a plu

Outre la présentation de la feuille de route, le niveau d'information donné permettait à chacun d'avoir une idée précise de ce qui est attendu de la part de tous les acteurs.

Interopérabilité, dématérialisation des cartes CPS et Vitale, intégration du DMP, mise en place de doctrines techniques : entendre à cette réunion des termes qui nous paraissent relever de l'arlésienne habituellement nous a fait un bien fou. Voir les différents acteurs s'impliquer en participant aux débats aussi. 

Du relatif échec du DMP, une leçon semble avoir été apprise : sans l'adhésion de l'ensemble des acteurs de la santé, les projets numériques en santé ne peuvent pas fonctionner à grande échelle. Il va donc falloir apprendre à communiquer et avancer ensemble, se conformer à certains pré-requis essentiels tels que le respect de la doctrine technique, des attendus en matière de sécurité des données et lancer enfin un chantier d'interopérabilité des SI santé à grande échelle.

 

» Voir les chiffres clés de la téléconsultation en infographie

 

Ce qui peut coincer...

L'ambition est bien présente et les coordinateurs de cette matinée l'ont rappelé à de maintes reprises : l'Etat reprend la main pour accompagner et accélérer la transition numérique de la santé. Doit-on y voir un écho à ce qu'avait déploré la Cour des Comptes en 2017 sur le caractère fragmentaire des expérimentations ? Les régions - et les ARS - vont-elles accompagner ce virage plus efficacement avec l'ensemble des acteurs y compris ceux du secteur privé et les industriels ? Les professionnels de santé vont-ils accompagner cette volonté de proposer plus d'outils numériques aux patients ?

Ce qui est certain, c'est la nécessité de ne plus nous laisser à l'inertie habituelle en santé. Les outils et moyens prévus dans le cadre de ce plan seront-ils suffisants pour lever les réticences au changement ? Ce sont les mois à venir qui nous le diront....

 

Chez Hellocare : nous sommes dans les starting-blocks

En tant qu'éditeur de solutions numériques en santé, nous avons évidemment la volonté de nous intégrer pleinement dans l'écosystème qui va se créer. Nous avons aussi de longue date la volonté d'intéropérabilité car il nous semble que c'est le meilleur moyen de garantir un parcours de soin fluide, efficace et sans perte de chance pour le patient.

On sait que ce ne sera pas facile, l'interopérabilité étant une contrainte (donc un coût ;-) supplémentaire pour nous. Mais nous allons le faire et l'anticiper autant que possible. Nous attendons donc avec impatience la doctrine technique de la feuille de route du virage numérique de Ma santé 2022 et le schéma d’architecture associé 😊

 

* Dominique Pon, président de Santé Cité et directeur général de la clinique Pasteur de Toulouse.
* Laura Létourneau, responsable de l'unité "Internet ouvert" à l'Arcap (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes).

`Recevoir l'infographie avec les motifs d'appels

Posté par Mathilde le Rouzic le 21 oct. 2019

Sujets abordés: Actus secteur sante, Ma Santé 2022

 

Intéressé par la télémédecine ?

Mise en place de la télémédecine, coûts, exemples d'usage, conseils pour démarrer ... nos experts répondent à toutes vos questions. N'hésitez plus !

CONTACTEZ MOI !

S'inscrire à la newsletter :