Vaccin Sanofi : fin du vaccin à ARN messager ?

Sanofi Pasteur est entré dans la course aux vaccins contre la Covid-19 dès le début de la pandémie. Aujourd’hui il décide pourtant de se retirer, distancé par Pfizer-BioNTech et Moderna. Est-ce un aveu d’échec ? Non. S’il renonce à son vaccin ARN messager, le laboratoire français voue ses expérimentations à d’autres débouchés. Et continue de développer son vaccin Sanofi à protéine recombinante. Bilan.

Le laboratoire français stoppe le développement de son vaccin Sanofi, mais pourquoi ?

L’entité mondiale vaccins de Sanofi basée à Lyon - Sanofi Pasteur - a dès le début de la pandémie choisi d’investir dans le développement de deux candidats vaccins contre la Covid-19. Elle a pour ça fait appel à deux technologies différentes. D’un côté, un candidat vaccin à ARN messager (sur lequel elle travaillait depuis mars 2020 avec Translate Bio, la biotech américaine qu’elle a rachetée en août). De l’autre, un candidat vaccin avec adjuvant à base de protéine recombinante. Devancé par les géants de la concurrence, Sanofi vient de renoncer au développement clinique du premier pour limiter la casse financièrement. Mais aussi éviter de gâcher des doses. L’argument du Vice-Président de Sanofi : la priorité est d’équiper la France et l’Europe d’un arsenal de vaccins contre d’autres pathologies ou une prochaine pandémie, pas de créer de nouveaux vaccins à ARN messager contre la Covid-19. "Il n'y a pas de besoin de santé publique d'avoir un autre vaccin à ARN messager ». C’est pourquoi il n’y aura pas de phase 3 du vaccin Sanofi. En revanche, le labo poursuit le développement de son vaccin à protéine recombinante. Il devrait en principe être au point d’ici la fin de l’année.

Découvrez la solution de Télé-médecine Hellocare

Les atouts du second vaccin Sanofi, à protéine recombinante

Si Sanofi a renoncé à la phase 3 de son vaccin à ARN messager, il poursuit le développement de son vaccin « classique » à protéine recombinante. Un vaccin qui présente d’abord l’avantage de se conserver beaucoup plus facilement que le fragile ARN : entre 2 °C et 8 °C (la température d’un réfrigérateur domestique) contre – 70°. Plus besoin donc d’équipement spécifique pour conserver le vaccin.
Un atout de taille dans le déploiement de la vaccination dans les pays pauvres, mal lotis en infrastructures dédiées à la vaccination. Ce second vaccin Sanofi pourrait aussi arriver au bon moment pour répondre à la demande mondiale en fournissant les pays qui n’ont toujours pas vacciné leur population massivement. Mais également peser dans la balance à l’heure des rappels, notamment dans le cas d’une troisième injection, à l’instar du futur vaccin de Valneva. Ou dans la fabrication d’anticorps plus puissants, puisqu’on s’aperçoit que vacciner avec deux types de vaccins pourrait booster l’immunité. Enfin, ce vaccin Sanofi « made in France » et à technologie classique devrait convaincre une partie des Français encore réticents à la vaccination.

L'importance de la vaccination

Les populations occidentales sont habituées à être soignées facilement et ont oublié les grandes vagues épidémiques, qui semblent d’un autre temps. Pourtant c’est bien la vaccination qui a éradiqué nombre de virus mortels qui pourraient encore sévir sans elle aujourd’hui. La vaccination est donc un des piliers de la bonne santé des populations. On peut rappeler aux patients que les infections évitables par la vaccination sont beaucoup plus dangereuses que les vaccins eux-mêmes. Quant au choix du vaccin, il s’enrichit notamment avec le futur vaccin Sanofi ou le vaccin Valneva. Une technologie rassurante (à la fois « innovante et éprouvée ») puisqu’elle est similaire à celle utilisée dans les vaccins contre la grippe saisonnière. Pour autant, Sanofi n’encourage personne à attendre son vaccin, au contraire encourage chacun à se faire vacciner au plus vite.

 

Nouveau call-to-action

Posté par Ivan Minnella le 21 oct. 2021

Sujets abordés: Telemedecine, Teleconsultation, E-sante, covid, ARN, Sanofi

 

Intéressé par la télémédecine ?

Mise en place de la télémédecine, coûts, exemples d'usage, conseils pour démarrer ... nos experts répondent à toutes vos questions. N'hésitez plus !

CONTACTEZ MOI !

S'inscrire à la newsletter :