Prescription d’antibiotique guidée par la CRP

Comme le rappelle régulièrement l’Ansm « toute prescription d’antibiotique a un impact sur les résistances bactériennes ». Elle doit donc être toujours justifiée… Du moins en théorie. En pratique, la situation est plus compliquée. En effet, face à des cas ambigus les médecins sont souvent tentés de prescrire des antibiotiques par précaution. Sans parler de l’insistance de certains patients, bien déterminés à repartir avec une ordonnance ! Pourtant, plusieurs méthodes permettent de lever le doute rapidement et de réduire les prescriptions inutiles. Parmi elles figure le dosage de la CRP (protéine C-réactive) ! Comment s’effectue-t-il ? Quelles sont ses limites ? Pouvez-vous l’utiliser pour identifier une surinfection bactérienne chez les patients Covid ? Nous répondons à toutes vos questions dans notre article !

Découvrez la solution de Télé-médecine Hellocare

Faut-il ou non prescrire un antibiotique ? Une réponse rapide avec la CRP !

Comment effectuer le test de la CRP ?

Pour rappel le dosage rapide de la CRP ou « micro CRP » existe depuis déjà plus de 20 ans. Efficace dans de nombreuses situations, il est également très facile à faire et indolore pour le patient. Un petit bémol cependant : la technique classique implique l’utilisation d’un lecteur lourd, encombrant et coûteux. C’est pourquoi de nombreux médecins se tournent plutôt vers les coffrets de test de la CRP par méthode semi-quantitative simplifiée. Il suffit alors :

  • de prélever 10 microlitres de sang capillaire grâce à la lancette et du capillaire présents dans le coffret ;
  • d’insérer l’échantillon de sang dans un tube renfermant une solution tampon ;
  • de bien fermer et secouer le tube pendant 10 secondes ;
  • puis de patienter une minute avant de plonger la bandelette de test dans le tube pendant 10 secondes. 

La lecture des résultats s’effectue 5 minutes après. Au-dessus de 80 mg/L, la probabilité d’une infection bactérienne est très élevée et encourage la prescription d’antibiotique. En-dessous de 30, les résultats penchent en faveur d’une infection virale. Entre ces deux valeurs, vous devez évaluer la situation au cas par cas, en fonction des symptômes présents… Mais restez prudent(e) car ce test a ses limites !

Quelles sont les limites du guidage par la CRP ?

Plusieurs infections bactériennes provoquent une nette élévation de la protéine C-réactive. Son dosage est ainsi particulièrement utile en cas de :

  • bronchite et autre pneumopathie fébrile, notamment chez le bébé ;
  • doute de surinfection bactérienne chez un patient sidéen. L’élévation de la CRP révèle alors bien souvent une tuberculose !

Cependant, retenez que : 

  • plusieurs facteurs peuvent fausser les résultats. Par exemple, en cas de dénutrition sévère, la CRP n’augmente pas même s’il y a effectivement une infection bactérienne ;
  • le dosage de la protéine C-réactive n’est pas d’une grande utilité en cas d’infection localisée cutanée, de sinusite, de mono-arthrite et d’angine à streptocoque A car son taux n’augmente pratiquement pas en leur présence ;
  • diverses maladies à caractère inflammatoire dont certains cancers, la myocardite virale et les rhumatismes inflammatoires peuvent aussi entraîner une élévation importante de la CRP !

En d’autres termes, ce test peut effectivement vous aider à savoir quand prescrire un antibiotique ou non. Mais il n’est pas fiable à 100%. N’hésitez donc pas à demander des examens complémentaires au moindre doute.

Nouveau call-to-action

Covid 19 : le dosage de la CRP peut-il être utile ?

Faut-il vraiment craindre une surinfection bactérienne chez les patients Covid ?

Comme le souligne le « Swiss Medical Forum » (principale revue de formation professionnelle médicale de Suisse), de nombreux patients souffrant d’une pneumonie à Sars-Cov-2 reçoivent des antibiotiques par principe de précaution. Un phénomène qu’on observe un peu partout dans le monde. Notamment en Chine, en Thaïlande et en Espagne où 70% de ces patients sont placés sous antibiothérapie… Mais dans les faits, seulement 7% des patients Sars-Cov-2 hospitalisés présentent réellement une surinfection bactérienne. Soit 10 fois moins que le nombre de prescriptions d’antibiotiques. Le risque réel est donc assez faible, d’un point de vue statistique. Mais ne le prenez pas à la légère pour autant car les surinfections bactériennes nuisent au pronostic vital des patients. D’où l’intérêt de les identifier au plus vite !

Le dosage de la protéine C-réactive est-il fiable chez les patients Covid ?

Pour combattre la surprescription d’antibiotique chez les patients Covid 19, le Swiss Medical Forum présente plusieurs pistes, dont le dosage de la CRP… Malheureusement, il n’existe pas encore de données officielles pour la médecine de ville. Mais les résultats des études menées en milieu hospitalier laissent dubitatif quant à la fiabilité de cette technique. En effet, la majorité des patients Sars-Cov-2 du CHUV (Centre Hospitalier Universitaire Vaudois) présentait une élévation de la CRP dès leur admission. Sans souffrir d’une surinfection bactérienne, pour la plupart d’entre eux… En revanche, le taux de procalcitonine (PCT), un autre marqueur d’infection bactérienne, semble moins impacté par le Sars-Cov-2. Il constitue donc un indice plus fiable pour guider les prescriptions d’antibiotiques. Autre avantage : il est accessible aux médecins de ville, même si son dosage est un peu plus long. Comptez 1 heure environ ! Vous trouverez de plus amples informations sur le test PCT dans ce document.

Soyez aussi pédagogue pour lutter contre la surprescription d’antibiotique 

Différents tests peuvent vous aider à évaluer l’intérêt d’une antibiothérapie, certes. Mais encore faut-il que vos patients acceptent de les faire… Un bon conseil : pour les convaincre, faites preuve de pédagogie ! En cabinet ou en téléconsultation, prenez le temps de leur expliquer :

  • qu’ils n’ont pas forcément besoin de médicaments pour aller mieux ;
  • qu’ils ne devraient jamais prendre des antibiotiques sans prescription médicale ;
  • et que l'augmentation des résistances bactériennes est un vrai problème de santé publique.

Vous verrez : vos patients se soumettront plus volontiers aux tests demandés s’ils en comprennent l’utilité. Ils accepteront aussi beaucoup plus facilement votre diagnostic !

Posté par Ivan Minnella le 25 nov. 2021

Sujets abordés: Telemedecine, Teleconsultation, E-sante, COVID19, Antibiotique, CRP

 

Intéressé par la télémédecine ?

Mise en place de la télémédecine, coûts, exemples d'usage, conseils pour démarrer ... nos experts répondent à toutes vos questions. N'hésitez plus !

CONTACTEZ MOI !

S'inscrire à la newsletter :