Burnout des médecins : causes, symptômes et moyens de s'en sortir

Posté par Mathilde le Rouzic le 10 mars 2020 17:54:34
Mathilde le Rouzic
Retrouvez moi sur:

Qu'ils travaillent à l'hôpital ou en ville, les médecins sont particulièrement touchés par le syndrome d'épuisement professionnel, aussi appelé burn-out. Quels sont ceux qui sont touchés ? Dans quel contexte le burnout des professionnels de santé trouve-t'il le terrain pour s'installer ? Et enfin quelles solutions s'offrent aux professionnels pour s'en sortir ?

burnout-medecin

 

En ville ou à l'hôpital, plus d'un médecin sur deux serait en burnout

Interruptions et sollicitations permanentes durant la journée, tâches administratives nombreuses et pesantes, temps de pause insuffisants, sentiment de ne jamais voir la salle d'attente se vider... Les médecins sont très exposés à l'épuisement professionnel et diverses études indiquait que 53% des médecins se sentaient menacés par le burn-out, et ce phénomène touche tout particulièrement les généralistes (60,8%)

Concernant les praticiens hospitaliers, pour lesquels deux psychiatres de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille ont compilé les données de 37 études menées entre 2010 et 2017. Leur constat est effrayant : 49% des médecins hospitaliers éprouvent au moins un des trois symptômes caractéristiques de cet épuisement.

 

Qu'est-ce que le burnout chez les médecins ?

 

Un syndrome lié au stress chronique selon l'OMS

Défini par l'OMS, dans sa onzième révision de la Classification internationale des maladies (ICD-11), le burn-out est rattaché à un stress chronique lié au travail. L'organisation précise que c’est “un syndrome résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès”.

 

Lassitude, déshumanisation, perte du sentiment d'accomplissement...

Dans ses manifestations les plus marquantes, le burnout des médecins prend la forme d'une lassitude, d'une perte du sentiment d’accomplissement ou encore d'une déshumanisation du soin. Le burn-out est ainsi responsable de dépressions, d’addictions voire de suicide chez les médecins, notamment chez ceux qui travaillent de manière isolée, dans des zones en sous-densité médicale. Il peut également être à l'origine d'une augmentation du risque d'infarctus du myocarde ou d'AVC.

 

Des causes multiples au burnout pour les soignants

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas tant le volume d'heures de travail hebdomadaires qui va influencer le burn-out des médecins. Ses principales racines sont souvent ailleurs selon les spécialistes de cette pathologie :

  • La dépersonnalisation avec de nombreuses consultations brèves : la pression du temps de consultation à optimiser apporte une dépersonnalisation importante. Le médecin se déshumanise et "répare des sujets" plus qu'il ne soigne des personnes ;
  • Le sentiment de ne pas pouvoir faire son travail correctement : aussi nommée la sensation du travail empêché. Ici le médecin regrette de n'être que dans le curatif et de ne pas avoir le temps d'éduquer ses patients, de faire de la prévention, d'améliorer leur qualité de vie par ses conseils ou son écoute.
  • Le sentiment de ne pas évoluer / se former : ce problème se cristallise souvent autour d'une lassitude dans la répétition, combinée à l'impression de rester sur place. Pris dans son rythme quotidien, le praticien regrette de ne pas évoluer dans sa pratique et de ne plus se former suffisamment

Identifier les symptômes du burn-out

 

Trois dimensions selon l'OMS

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, que nous citions plus haut, trois dimensions viennent caractériser le burn-out :

  • Un manque d’énergie ou d’épuisement;
  • Un retrait vis-à-vis du travail ou des sentiments négatifs ou cyniques liés au travail;
  • Une perte d’efficacité professionnelle.

Trois symptômes caractéristiques du burnout des médecins

Comment faire la différence entre une fatigue passagère et un véritable burn-out du médecin ? Selon les experts trois symptômes caractéristiques du burn-out des médecins doivent alerter celui qui en est victime :

  • L'épuisement : vous êtes épuisé sur un ou plusieurs de ces trois niveaux, Énergie (votre énergie physique), Émotion (capacité d'empathie, ressenti émotionnel), Esprit (le "pourquoi" qui vous avait fait choisir le beau métier de soignant).
  • Le cynisme : vous avez perdu votre capacité à vous occuper de vos patients, de votre personnel et de vos confrères, vous avez de plus en plus de difficultés à faire preuve d'empathie et à établir des liens avec eux. Il peut arriver de blâmer, humilier ou diaboliser les personnes dont on est chargé de prendre soin - et de s'en sentir coupable immédiatement après.
  • Le doute : vous commencez à douter que votre travail fasse vraiment une différence ou vous mettez en doute la qualité de ce que vous faites.

Burn-out du médecin : comment s'en sortir

Face aux chiffres inquiétants du nombre de médecins touchés par le burn-out, plusieurs dispositifs existent.

Un numéro national mis en place par le CNOM

Depuis janvier 2018, tout médecin qui est en difficulté peut être aidé par le Conseil national de l’Ordre des médecins au 0800 288 038 (appel gratuit). Cette plate-forme téléphonique est destinée aux médecins mais également aux internes en difficultés.

Il les met en relation avec des médecins de la commission départementale d’entraide ordinale ou d’une association régionale d’entraide. Si nécessaire ils sont également pris en charge par un psychologue clinicien. Ce numéro est ouvert 24h/24, 7j/7 et a vocation à répondre aux souffrances des médecins, tant sur le plan psychologiques que pour venir en aide à ceux qui ont des difficultés financières.

Prendre un temps pour soi, se recentrer, réorganiser son activité

 Si parler du problème est un premier pas pour sortir du burn-out, il est essentiel de prendre du recul. Cela peut passer par un arrêt provisoire du travail, le temps de se recentrer et de rechercher le sens qui fait défaut à celui qui souffre de l'épuisement professionnel.

Réorganiser sa manière de travailler apparait aussi indispensable pour se départir de ce sentiment croissant de surcharge de travail et d'incapacité à faire face. Pour remonter la pente, il est possible de se faire accompagner par un soignant (psychologue) ou encore de faire appel à des associations qui ont pris conscience de l'ampleur du problème, comme SPS (Soins aux Professionnels de Santé).

Sujets abordés dans l'article : Votre pratique medicale, médecine générale

Intéressé par la télémédecine ?

Mise en place de la télémédecine, coûts, exemples d'usage, conseils pour démarrer ... nos experts répondent à toutes vos questions. N'hésitez plus !

CONTACTEZ MOI !

S'inscrire à la newsletter :

Nouveau call-to-action